Almadina Concept

Almadina Concept

01.07.2008 : La Rubrique - L'Environnement : La Commission baleinière internationale entérine le statu quo entre chasseurs et écologistes

La Rubrique – L’Environnement :

La Commission baleinière internationale entérine le statu quo entre chasseurs et écologistes

La réunion de la Commission baleinière internationale (CBI) s'est terminée vendredi soir par un statu quo entre pays chasseurs et défenseurs de l'écologie. Il permettra au Japon de poursuivre la «chasse scientifique» avec un quota annuel inchangé de mille cétacés.

À Santiago, les 80 pays participants, dont la Suisse, sont seulement parvenus à se mettre d'accord sur la formation d'un groupe de travail, mais pas sur la création d'un sanctuaire de baleines dans le sud de l'océan Pacifique. Un tel site était réclamé par de nombreux pays hostiles à la traque aux cétacés, en particulier les pays latino-américains.

Le groupe de travail mis laborieusement sur pied comprendra 24 pays et discutera dès septembre des points de divergence dans la CBI comme la «chasse scientifique», les nouveaux dangers comme le réchauffement global ou les activités d'observation des cétacés. Blocage depuis vingt ans


La création de ce groupe de travail, destiné à débloquer des positions figées depuis vingt, est l'unique résultat concret de cette réunion de cinq jours. «Nous sommes très contents que l'on ait pu mettre sur pied ce groupe de travail. L'ambiance pour travailler ensemble est en train de s'améliorer» a affirmé à l'AFP le Président de la CBI, l'américain William Hogarth.

Optimisme plus mesuré chez Cristián MAQUIEIRA, le porte-parole des défenseurs des baleines des pays latino-américains: «On ne peut pas partir de la base que les positions sont irréconciliables. Si les défenseurs des baleines et les chasseurs ont décidé de s'asseoir à une table pour chercher une solution, peut-être qu'on ne la trouvera pas, mais nous ne pouvons pas ne pas essayer», a-t- il dit.

Pour certains écologistes, cet accord sur la formation d'un groupe de travail permet d'éviter de présenter des motions en faveur de la reprise de la chasse commerciale, tout en maintenant un semblant de dialogue. «Rien n'a été obtenu pour les baleines»

«Je pense que cela a été une semaine décevante pour les baleines», a déclaré pour sa part Ralf Sonntag, du Fonds international pour le bien-être animal.

«Les Japonais rentrent chez eux sans aucun vote ou résolution contre eux, l'Islande a commencé une nouvelle saison de chasse commerciale juste avant cette conférence. De sorte qu'ils ne la prennent pas très au sérieux. Rien n'a été obtenu pour les baleines».

Le Japon s'est lui aussi dit déçu: «le monde est en train d'être témoin de la mort d'une organisation internationale», a déploré le chef de la délégation japonaise, Glenn INWOOD, tout en précisant que son pays poursuivrait son programme de «chasse scientifique».

La CBI, qui a vu le jour en 1946, a été chargée au départ de régulariser la chasse à la baleine. Mais au fil des ans la commission a pris position en faveur de la conservation des espèces jusqu'à voter en 1986 un moratoire interdisant la chasse commerciale.

Divisions profondes

Toutefois, malgré le moratoire, plus de 30 000 baleines ont été tuées depuis 1986 sous couvert de «chasse scientifique». Le Japon tue chaque année un millier de baleines au nom de cette dérogation.

L'un des problèmes de la CBI réside dans le fait que chacune de ses résolutions doit être approuvée par 75% de ses membres et que. La CBI est profondément divisée entre pays farouchement opposés à la chasse (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Australie, Brésil, Nouvelle-Zélande) et les pro-chasse dont le Japon, la Norvège et l'Islande.

Source : Tdg . CH



01/07/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres