Almadina Concept

Almadina Concept

05.08.2009 : La toux propulse un nuage de microbes à 8 mètres seconde

La Rubrique – Le Développement Durable :

La toux propulse un

 nuage de microbes à

8 mètres seconde

                                

                               Des images révèlent les

 turbulences de l'air déclenchées par la toux.

Sur ce cliché, on peut observer, pour la

première fois, le panache d'air formé par une toux.

Spécialiste de l'étude de la dynamique des flux gazeux, Garry Settles a roulé sa bosse à la Nasa et chez Boeing avant d'ouvrir un laboratoire à l'Université de Pennsylvanie, à Philadelphie. Sur son site Internet, on peut juger de la richesse et de la diversité de ses recherches en matière de strioscopie, une technique optique inventée au XIXe siècle par l'Allemand Toepler et le Français Foucault. Doté de lentilles et de filtres, ce dispositif permet de visualiser n'importe quelle perturbation aérienne, qu'elle soit causée par la chaleur ou par une pression quelconque.

La strioscopie est couramment utilisée par l'industrie aéronautique, par exemple, pour observer en détail la poussée d'un réacteur ou par l'industrie automobile pour mesurer l'aérodynamisme d'une carrosserie. Garry Settles s'en est servie pour dévoiler toutes sortes de phénomènes invisibles : les turbulences de l'air créées par la sortie d'une balle au bout du canon d'une arme à feu ou, plus pacifiquement, la chaleur produite par un corps humain. Dernièrement, il a filmé et photographié un de ses étudiants en train de tousser. Une première, personne n'avait encore pensé à le faire. Les résultats de ses travaux ont été mis en ligne sur le site du New England Journal of Medicine. La toux est un des principaux modes de propagation de maladies comme la grippe, la tuberculose et autres infections graves.

Règles d'hygiène

L'individu est placé dans une pièce froide sans courant d'air. Le panache de sa toux est rendu perceptible grâce à l'air chaud expectoré qui se mélange à l'atmosphère ambiante. Les turbulences de l'air sont captées par les déviations des rayons lumineux. L'air sort de la bouche à la vitesse de 8 mètres par seconde. Le nuage envahit tout l'espace situé devant la personne. On comprend dans ces conditions que les règles d'hygiène comme mettre sa main devant la bouche ou porter un masque, peuvent limiter les infections. Interrogé par le New York Times, Garry Settles estime que ce type de travail pourrait être modélisé à l'échelle de tout un hôpital pour appréhender les processus de contamination infectieuse. Avis aux amateurs.

Source : Le Figaro

 



05/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres