Almadina Concept

Almadina Concept

05.09.2009 - La Femme : L'allaitement serait vraiment la meilleure solution

La Rubrique – La femme :

            

L'allaitement serait vraiment la meilleure solution

Le risque de transmission du VIH par

l'allaitement peut être réduit à deux pour cent

Il ne devrait plus y avoir de débat sur les pratiques à recommander, dans les pays en développement, en matière d'alimentation des nourrissons dont les mères sont séropositives, d'après l'un des chercheurs les plus reconnus d'Afrique du Sud dans le domaine du VIH/sida.

 

« Il est temps de tenir compte des risques évidents de malnutrition et de mortalité infantiles associés à l'utilisation de substituts du lait maternel, et d'appeler à davantage promouvoir et soutenir la généralisation de l'allaitement », ont écrit le professeur Hoosen Coovadia, du Reproductive Health and HIV Research Unit (département de recherche sur la santé reproductive et le VIH) de Durban, et ses collègues, dans le numéro du 1er août de la revue médicale britannique The Lancet.

 

D'après M. Coovadia, la découverte récente de la présence de mélamine, un produit chimique potentiellement toxique, dans du lait en poudre fabriqué en Chine n'a fait que renforcer l'opinion des partisans de l'allaitement, déjà très nombreux.

 

Certains scientifiques ont affirmé que les femmes séropositives, qui courent le risque faible mais tout de même significatif de transmettre le virus à leur bébé en l'allaitant, devraient avoir la possibilité de leur donner du lait maternisé.

 

Cette pratique est devenue la norme dans les pays en développement et, même en Afrique du Sud, les hôpitaux publics fournissent gratuitement du lait maternisé aux femmes séropositives qui décident qu'elles ne peuvent pas nourrir leur enfant exclusivement au sein pendant six mois. On pense aujourd'hui qu'avant que le bébé n'atteigne l'âge de six mois, le risque de VIH est plus élevé si la mère combine allaitement et lait en poudre ou autres aliments que si elle ne donne à son enfant que du lait maternel ou que du lait en poudre.

 

Cependant, le lait maternisé présente souvent un certain nombre de risques dans des contextes de ressources limitées, parce qu'il arrive que l'eau utilisée pour la préparation soit contaminée, et parce que l'approvisionnement des hôpitaux est parfois irrégulier.

 

M. Coovadia et ses co-auteurs accusent le « marketing irresponsable des substituts de lait maternel et l'insuffisance du contrôle de la qualité des produits » de contribuer à l'augmentation, dans les pays en développement, de la mortalité infantile liée à la malnutrition et la diarrhée.

 

Ils suggèrent que la promotion de l'allaitement pourrait aider à atteindre certains des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), dont la réduction de l'extrême pauvreté et de la faim, la réduction de la mortalité infantile, et la lutte contre le VIH/sida et d'autres maladies. « J'aimerais que l'on préserve la pratique de l'allaitement chez toutes les femmes, même dans ce terrible contexte d'épidémie de VIH », a dit M. Coovadia à IRIN/PlusNews.

 

Sécuriser l'allaitement

 

Les résultats de différents essais cliniques récents montrent que le risque de transmission du VIH par l'allaitement peut être réduit à deux pour cent seulement si la mère et/ou l'enfant reçoivent une thérapie antirétrovirale (ARV), a-t-il souligné.

 

« Si nous pouvons permettre aux mères séropositives d'allaiter sans courir de risques importants. Pourquoi devrions-nous nous priver de ce que la nature offre de meilleur, en choisissant une solution qui risque de devenir dangereuse, et qui, de fait, l'est souvent ? »

 

D'après M. Coovadia, l'argent que les autorités de la Santé dépensent en substituts de lait maternel pourrait être utilisé de manière plus utile pour financer d'autres opérations visant à soutenir les mères séropositives, telles que la distribution d'aide alimentaire ou de subventions sociales.

 

D'autres éminents spécialistes du sida, qui ne partagent pas cet avis, expliquent que les femmes séropositives et leurs nourrissons n'ont pas toujours accès aux ARV, et que de nombreuses femmes ne se sentent pas capables de nourrir leur enfant exclusivement au sein pendant six mois, soit à cause de normes culturelles, soit parce qu'elles ont besoin de retourner travailler.

 

Le professeur Glenda Gray, du service de recherche sur le VIH périnatal de l'université de Witwatersrand, a reproché à M. Coovadia et ses co-auteurs d'empêcher les femmes de choisir. « Le choix d'allaiter ou non fait partie des droits de l'homme », a-t-elle déclaré à un journal local.

 

Lisez Plus

 

 OUGANDA: Trouver une alimentation sûre pour les bébés

 KENYA: Sauver les apparences peut coûter la vie aux bébés

 

« La même solution ne convient pas à tout le monde. L'allaitement exclusif - qui signifie que l'on ne donne au bébé rien d'autre que du lait maternel, même pas de l'eau - est impraticable pour une femme qui doit reprendre le travail. »

 

M. Coovadia a répondu que les activistes devraient défendre le droit des femmes à prendre un congé maternité et à disposer d'aménagements leur permettant d'allaiter au travail, et que le fait qu'une minorité de femmes ne puissent pas pratiquer l'allaitement exclusif ne devait pas empêcher la majorité de bénéficier des avantages de l'allaitement.

 

« Je crois que les scientifiques ont leur part de responsabilité dans la confusion [à propos des pratiques recommandées en matière d'alimentation des nourrissons dont les mères sont séropositives], a-t-il déclaré. « Nous devons renverser cette tendance. »

Source : Plus News

 



06/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres