Almadina Concept

Almadina Concept

07.06.2008 : La Rubrique - Le Développement Durable : La Tour de Pise Sauvée

La Rubrique – Le Développement Durable :

     La Tour de Pise Sauvée

La tour (à droite), construite en deux

 étapes entre 1174 et 1275, risquait à tout moment de s'effondrer

 

Après quatorze ans de

travaux et quatre ans de

stabilité, les scientifiques estiment que le

campanile ne bougera plus

pendant au moins trois siècles.

 

La tour de Pise a interrompu sa course vers l'abîme. «Nous pouvons dire d'une manière sûre qu'elle est à l'abri pour 300 ans», affirme Michèle JAMIOLKOWSKI, ingénieur qui a dirigé le collectif scientifique responsable de la consolidation de l'édifice. En 1993, l'inclinaison par rapport à l'axe vertical avait atteint la limite extrême, 4,47 mètres. La tour, construite en deux étapes entre 1174 et 1275, surplombant de 56 mètres la place des Miracles, risquait à tout moment de s'effondrer.

 

Des travaux titanesques ont aussitôt démarré : excavation des fondations, coulage de centaines de tonnes de béton pour la stabiliser, cerclage des anneaux, drainage du sol pour alléger la nappe phréatique sur laquelle elle a été érigée.

 

En quatorze ans, la construction de près de 15 000 tonnes a été redressée d'un demi mètre. Aujourd'hui, elle ne penche plus que de 3,99 mètres. Elle continue de bouger vers l'ouest, par exemple quand le soleil se lève ou en fonction des mouvements de la nappe phréatique, mais il s'agit d'oscillations physiologiques de faible amplitude.

Dès l'été 2004, le monument avait re­trouvé sa stabilité. Les ex­perts ont cependant attendu quatre ans pour être certains de leurs mesures. Les travaux, qui ont coûté 27 millions d'euros, ont permis de surprenantes découvertes. La tour a été construite sur une opulente villa patricienne du IIIe siècle de notre ère, elle-même érigée sur une nécropole romaine sur­plombant un cimetière étrusque. Deux corps momifiés ainsi que des fragments de mosaïque romaine ont été récupérés.

 

D'ici à l'automne, les experts veulent la dé­bar­rasser des aménagements obstruant les étages. Il redeviendra alors possible, comme il y a soixante-treize ans, de voir le ciel de l'intérieur, comme dans un gigantesque télescope

Source : Le Figaro

 



08/06/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres