Almadina Concept

Almadina Concept

12.04.2008 - La Rubrique : Le Développement Durable -

La Rubrique - Le Développement Durable :

Le « Rapport de Suivi Mondial » dénonce le

manque de progrès relatifs aux ODM

    • « Certains objectifs sont littéralement une question de vie ou de mort. »
  • La nutrition est l’un des domaines où il reste beaucoup à faire.
  • Agir rapidement contre le changement climatique est essentiel pour atteindre ces objectifs.

 

À mi-parcours du calendrier de réalisation des Objectifs de Développement pour le Millénaire (ODM) dont le terme est fixé à 2015, les progrès enregistrés dans le monde ne sont pas suffisants, mais leur réalisation est encore possible à certaines conditions, d’après l’économiste de la Banque mondiale Zia QURESH, principal auteur du Rapport de Suivi Mondial de cette année.

 

Alors que l’objectif de réduction de moitié de la pauvreté est en voie d’être atteint presque partout dans le monde d’ici le délai prescrit, les perspectives sont beaucoup moins bonnes pour ce qui est d’atteindre les objectifs de réduction de la mortalité infantile et maternelle, et d’importantes lacunes sont à prévoir dans les domaines de l’éducation, de la nutrition et de l’assainissement de l’eau. Si les tendances actuelles se maintiennent, l’Afrique subsaharienne risque de n’atteindre aucun des ODM et ce, en dépit de l’importante croissance enregistrée ces dernières années. L’Asie du Sud accuse également du retard dans les objectifs liés à la santé et à l’éducation.

 

« Derrière ces statistiques, il y a bien sûr des personnes, et le manque de progrès se traduit par des conséquences immédiates et tragiques sur celles-ci », déplore M. Qureshi. « Certains objectifs sont littéralement une question de vie ou de mort : s’il y a désormais 3 millions d’enfants de plus qui vivent au-delà de 5 ans, il reste encore chaque année 10 millions d’enfants qui meurent avant d’avoir atteint cet âge. »

 

Six Volets Pour Progresser

 

Ces objectifs sont difficiles à atteindre, mais cela n’est pas impossible, soutient le rapport. La plupart des pays peuvent encore atteindre la majorité des ODM si les pays développés et les pays en développement font leur part, tel que convenu dans le Consensus de Monterrey de 2002. Le Rapport de suivi mondial propose un programme à six volets pour faire avancer les choses : une croissance plus solide et plus inclusive en Afrique et dans les États sensibles ; davantage d’efforts dans les domaines de la santé et de l’éducation ; l’intégration des ordres du jour en matière de développement et d’environnement ; une aide plus abondante et plus efficace ; le démantèlement des obstacles au commerce ; et un soutien plus ciblé et plus appuyé de la part d’institutions internationales telles que la Banque mondiale.

 

Lors d’un discours prononcé la semaine dernière au Center for Global Development, le président de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick, a proposé une Nouvelle entente pour une politique mondiale sur l’alimentation qui porte sur l’ODM « oublié » : la nutrition.

 

« Même si la famine et la malnutrition relèvent du premier ODM, ces enjeux ne récoltent, au-delà de l’aide alimentaire traditionnelle, qu’un dixième des ressources affectées à juste titre à la lutte contre le VIH/SIDA, une autre cause de décès. Or, la malnutrition est l’ODM ayant le plus important effet de multiplication : il s’agit du principal facteur de risque pour les enfants de moins de 5 ans et de la cause initiale du décès de 3,5 millions d’enfants chaque année. Plus de 20 % des décès maternels sont liés à la malnutrition », rappelle M. Zoellick. « La famine et la malnutrition sont des sources de pauvreté et n’en sont pas uniquement le résultat. »

 

M. Zoellick a aussi souligné que 2008, qui est à mi-chemin de l’échéance de 2015, se doit d’être un point charnière. La Banque s’est donc associée aux Nations Unies, au Royaume-Uni et à d’autres donateurs pour déclarer 2008 l’Année d’action pour la réalisation des objectifs de développement pour le Millénaire.

 

Lien Entre Environnement et Développement

 

Le Rapport de Suivi Mondial de cette année, dont le sous-titre est « Les objectifs de développement pour le Millénaire et l’environnement, programme pour un développement inclusif et durable », met l’accent sur le lien qui existe entre environnement et développement et insiste sur l’importance d’agir de toute urgence pour faire face au changement climatique. Selon le rapport, la durabilité environnementale est essentielle à la réalisation des autres ODM. Si les forêts sont détruites, les sols dégradés et si l’eau et l’air sont pollués, les progrès réalisés en matière de réduction de la pauvreté ne peuvent pas être durables.

 

Même si la croissance du PIB par habitant des pays en développement a grandement contribué à la réduction de la pauvreté, ceux-ci auront besoin d’aide pour poursuivre leur croissance tout en veillant à la durabilité environnementale s’ils ne veulent pas perdre les gains qu’ils ont difficilement acquis. Les pays en développement sont ceux qui seront le plus touchés par le changement climatique alors que ce sont justement eux qui sont le moins capables de s’y adapter. La transition vers une croissance résistante au climat et à faible intensité en carbone nécessitera des transferts de fonds et de technologies vers les pays en développement, affirme le rapport.

 

« Les pays en développement ont besoin de davantage d’aide étrangère et de ressources domestiques pour atteindre les Objectifs de Développement pour le Millénaire », affirme Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI. « Une forte croissance économique et un environnement macroéconomique stable demeurent essentiels à la réduction de la pauvreté et à l’augmentation des investissements en santé et en éducation », a-t-il ajouté.

Source : World Bank



13/04/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres