Almadina Concept

Almadina Concept

18.12.2008 - L'Environnement : 2008, dixième année la plus chaude jamais enregistrée

La Rubrique – l’Environnement :

 

2008, dixième année la

plus chaude jamais enregistrée

 

Comme d'usage, les trois institutions chargées de la surveillance du climat mondial ont simultanément rendu publiques, mardi 16 décembre, leurs analyses de l'année écoulée.

Deux d'entre elles, le Hadley Centre, britannique, et la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), américaine, placent l'année 2008 au dixième rang des années les plus chaudes enregistrées depuis le milieu du XIXe siècle.

La troisième, le Goddard Institute for Space Studies (GISS) de la NASA, la situe à la neuvième place. En fonction des jeux de données utilisés, l'anomalie positive de la température de 2008 - c'est-à-dire son écart par rapport à la moyenne relevée entre 1951 et 1980 - est comprise entre 0,43 °C et 0,47 °C.

Parallèlement, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a présenté, le même jour à Genève, son rapport annuel selon lequel "2008 devrait se classer au dixième rang des années les plus chaudes" depuis 1850.

L'année 2008 est certes la plus froide de la décennie écoulée. Mais celle-ci est, de loin, la décennie la plus chaude jamais enregistrée. "Sur fond de réchauffement, la température continue à fluctuer d'une année sur l'autre, ce qui est le résultat de la variabilité naturelle du climat", décode le Hadley Centre dans un communiqué.

L'un des éléments les plus importants de cette variabilité naturelle est l'alternance, dans le Pacifique tropical, d'anomalies chaude (El Niño) et froide (La Niña) qui alternent tous les cinq à sept ans. Bien qu'elle concerne surtout la zone Pacifique, cette oscillation - dite oscillation australe El Niño (ENSO) - influe sur le climat terrestre dans son ensemble. Or l'année 2008 a précisément été marquée par une Niña importante. De même, l'année 1998 - la plus chaude jamais mesurée, selon le Hadley Centre - avait été marquée par un Niño très puissant, qualifié d'ailleurs d'"El Niño du siècle".

RELATIVE FRAÎCHEUR

Autre élément de variabilité naturelle : l'activité solaire. Celle-ci est marquée - entre autres - par des cycles de onze ans qui voient l'intensité de l'énergie irradiée par notre étoile passer par un maximum puis un minimum. C'est ce minimum cyclique qu'a connu le Soleil en 2008. D'autres cycles de la machine climatique, bien que moins bien connus, comme l'oscillation Pacifique décennale (PDO), entrée dans une phase froide en 2008, pourraient également expliquer la relative fraîcheur de l'année écoulée.

De son côté, Météo France a dévoilé, lundi 15 décembre, une estimation provisoire du bilan de l'année 2008. Celle-ci s'annonce, en France métropolitaine, "légèrement plus chaude que la normale (moyenne 1971-2000) d'environ 0,4 °C, ce qui devrait la positionner vers le vingtième rang des années les plus chaudes depuis le début du XXe siècle", indique Météo France. Mais elle est aussi "l'une des plus fraîches de ces dix dernières années".

Source : Le Monde



18/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres