Almadina Concept

Almadina Concept

21.04.2009 - Evénements : «On a parfois hontre d'être Français»

La Rubrique – Evénements  :

 

Royal : «On a parfois

honte d'être Français»

 

Interviewée sur France 2 lundi soir, l'ex-candidate à la présidentielle a maintenu sa position après la polémique entourant ses «excuses» au nom de Nicolas Sarkozy.

Insoucieuse de la polémique ou, au contraire, très consciente de ses «effets» de manches auprès de la machine médiatique, Ségolène Royal reste droite dans ses bottes. Et pour cause : depuis ses «excuses» répétées au nom de la France au Sénégal puis à l'Espagne, l'ancienne candidate à la présidentielle reste au centre des débats politiques quand la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, peine à se faire entendre.

Interrogée lundi soir sur France 2, Ségolène Royal, qui ne s'était pas exprimée depuis le début de la polémique sur les «excuses», n'a en effet exprimé aucun regret. Bien au contraire ! Elle a assuré qu'on avait «parfois honte» d'être français depuis le début de la présidence de Nicolas Sarkozy.

«Ce qui est en cause, c'est la réputation de la France sur la scène internationale. On a eu le général de Gaulle, la France était grande, était forte (…). On a eu François Mitterrand, la France était respectée (…). Même sous certains gouvernements de droite, souvenez-vous de Dominique de Villepin et son discours de l'ONU, on était fiers d'être français même si on ne partageait pas les mêmes opinions politiques. Aujourd'hui, quand on lit la presse internationale - j'ai là le Times sous les yeux, où il est question de pourquoi Sarkozy ne supporte pas Obama - on a parfois honte», a déclaré Ségolène Royal, avant d'être coupée.

 

«Récidiviste»

Plus tôt, dans le JT, celle qu'on surnommait pendant la présidentielle la «zapatera», a ajouté que «José Luis Zapatero est un ami». «Quand j'ai vu la montée de l'émotion suite aux propos du président de la République, il m'a semblé normal d'intervenir et de le faire de façon très pacifique, simplement en présentant mes excuses et en disant “sachez que ce n'est pas ce que pensent les Français”», a-t-elle expliqué. Estimant que «la France doit incarner la République du respect », la présidente de Poitou-Charentes a qualifié Nicolas Sarkozy de «récidiviste dans toutes les formes d'agressivité verbale, de dénigrement». «Partout il y a un recul du respect», a-t-elle déclaré, citant notamment les propos du chef de l'État au Salon de l'agriculture 2008 ou encore ses engagements - non tenus, selon elle - vis-à-vis des salariés des entreprises en difficulté.

« Chaque fois qu'il y aura un manquement à cette éthique du respect, je prendrai la parole pour défendre les valeurs auxquelles je crois », a-t-elle encore prévenu.

Source : Le Figaro



21/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres