Almadina Concept

Almadina Concept

22.08.2009 - Les Variétés : Pas d'embouteillage chez les fourmis

La Rubrique – Les Variétés :

 

Pas d’embouteillage chez les

fourmis

 

Optimisés par l’évolution, les insectes sociaux que sont les fourmis ne font jamais d’embouteillage lors de leurs déplacements. A l’inverse de nos autoroutes où lorsque le trafic augmente on s’attend toujours à des bouchons, chez les fourmis, même quand le groupe se densifie leur vitesse reste constante.

Publiés par une équipe de recherche internationale
(1)
, ces résultats montrent l’efficacité des comportements collectifs. Avec leurs phéromones, marqueurs chimiques, les fourmis établissent la piste que la colonie emprunte, créant un parcours linéaire très similaire à celui des autoroutes. Similaire, mais seulement de manière superficielle, car à y regarder de plus près, les chercheurs ont observé qu’aucun insecte ne cherche à accélérer et dépasser celui qui se trouve devant. Les fourmis se suivent en file et la distance séparant chacune d’entre elles reste toujours constante. Cette attitude est très différente de celle observée sur les autoroutes, où quand les véhicules se rapprochent les uns des autres, ils ont tendance à ralentir.

Chez les fourmis, l’efficacité du transport est essentielle à la survie de la colonie. Ainsi, la coopération a été favorisée par l’évolution. Ce qui n’est pas le cas dans le mode de circulation humain qui reflète très souvent un certain degré d’individualisme. Pourtant, l’étude des insectes sociaux montre qu’un comportement non-égoïste peut améliorer la situation pour tout le monde et pourrait avoir des applications pour mieux gérer le trafic routier. Néanmoins, le parallèle entre l’homme et la fourmi s’arrête là, puisque, il faut bien le reconnaître, à l’intérieur de son automobile, l’humain semble au comble de sa mégalomanie. Le point utile, ici, pour l’ingénierie concerne la communication. Fonctionnant par mode chimique chez les fourmis, il est tout à fait possible, d’après ces recherches, d’imaginer des véhicules routiers équipés de senseurs qui connecteraient électroniquement les automobiles pour transmettre des informations sur les distances et les vitesses. Sinon, il est toujours possible de réfléchir sur ce que vivre en collectivité signifie.

Source : Univers Nature

 

1- John A., Schadschneider A., Chowdhury D. et Nishinari K. “Trafficlike collective movement of ants on trails: absence of jammed phase.” Physical Review Letters, 102, 108001 (2009).

 



22/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1650 autres membres