Almadina Concept

Almadina Concept

02.08.2008 : L'Environnement : Le Pape dénonce le gaspillage des ressources de la planète

La Rubrique – L'Environnement :

           

       Le Pape dénonce le

gaspillage des

ressources de la planète

 

 

Le Pape Benoît XVI Lors d'une conférence à Sidney

Un pape préoccupé par l'environnement et les excès de la société de consommation : après trois jours de repos, Benoît XVI a débuté sa visite officielle, jeudi 17 juillet - rebaptisé « Super Holy Thursday » (« super Jeudi saint ») - aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de Sydney, en Australie, par un discours aux accents pédagogiques et parfois lyriques, donnant le ton d'un voyage où il semble vouloir se concentrer sur l'état de la planète.

 

D'abord au cours d'une rencontre avec le premier ministre australien, Kevin Rudd, puis lors de son discours, quelques heures plus tard, le pape a appelé à une prise de conscience des problèmes environnementaux. Pour l'écouter, quelque 150 000 jeunes s'étaient rassemblés à Barangaroo, dans la baie de Sydney, munis de drapeaux et d'appareils photo. Traversant le port par bateau, le pape est arrivé sous les "Be-ne-det-to !" scandés par la foule. Il a alors pris la parole en anglais, s'exprimant à quelques occasions en français, allemand ou italien.

Benoît XVI a évoqué « des cicatrices qui marquent (...) la surface de notre Terre : l'érosion, la déforestation, le gaspillage des minéraux du monde et des ressources des océans pour alimenter une consommation insatiable ». Alors que des milliers de pèlerins viennent du Pacifique, il a également mentionné le cas des îles de la région, qui pourraient être menacées par la montée des eaux. Le pape a ensuite dénoncé les « fausses idoles » de la société de consommation, et les diverses formes de « poison », qui la minent. "Parmi les plus répandus, il y a l'alcool, la drogue, l'exaltation de la violence et de la dégradation sexuelle, souvent présentées par la télévision et l'Internet comme un divertissement", a-t-il détaillé. Encore une fois, Benoît XVI s'est attaqué au sécularisme, qu'il combat depuis des années. « L'expérience a montré que tourner notre dos au dessein du Créateur provoque un désordre qui a des répercussions inévitables sur le reste de la Création », a-t-il rappelé. Le pape a également, traditionnellement, critiqué l'avortement : « Comment l'espace humain le plus beau et sa »ré qu'est le sein maternel est-il devenu le lieu d'une violence indicible ?" s'est-il interrogé.

 

Ce premier discours, plutôt long, est apparu conforme au style d'un pape théologien. "Ce n'est pas lénifiant. Benoît XVI s'inscrit avant tout comme catéchiste, comme pédagogue. Et il ne joue pas à la vedette", commente Mgr Rivière, évêque d'Autun. Pour le sociologue Michael Hogan, spécialiste de la religion catholique à l'université de Sydney, les paroles papales ne présentent néanmoins aucune nouveauté. « Le pape emploie des termes modernes car il s'adresse aux jeunes. Mais son discours est conservateur, traditionnel. L'important n'est pas tant ce qu'il dit, mais sa présence : tout est fait pour créer l'enthousiasme des jeunes », commente-t-il. Benoît XVI avait débuté sa journée en saluant la décision du gouvernement d'adresser des excuses nationales aux Aborigènes, il y a cinq mois. A plusieurs reprises, il a en outre évoqué le cas de l'Australienne Mary MacKillop, qui pourrait être canonisée, devenant ainsi la première sainte du pays.

 

Vendredi matin, lors d'une rencontre avec des responsables d'autres confessions chrétiennes, et notamment des anglicans, secoués par une crise sans précédent, le pape a déclaré que « le mouvement oecuménique avait atteint un point critique" »et a plaidé pour un « dialogue sincère », y compris sur les divergences doctrinales. Devant des juifs, des musulmans et des bouddhistes, Benoît XVI a par ailleurs appelé à « l'unité » des croyants contre les « violences aveugles » et défendu la liberté religieuse, sans viser de pays en particulier.

Il devait poursuivre sa visite en assistant au Chemin de croix, dans les rues de Sydney, avant une messe finale célébrée devant 500 000 personnes, dimanche. Samedi, il devait s'entretenir avec des évêques et séminaristes australiens. Il pourrait alors évoquer la question des abus sexuels perpétrés par des prêtres, ce qu'attendent nombre d'Australiens. Avant son arrivée en Australie, le pape a d'ailleurs évoqué le sujet, qui fait débat dans le pays. Les parents de deux fillettes abusées ont demandé à être reçus en audience par le pape, tandis que les associations de victimes exigent des excuses.

Source : Le Monde



02/08/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres