Almadina Concept

Almadina Concept

10.10.2008 - Les Valeurs Ancestrales : VI - Sidna Mohammed, Sceau des Prophètes ... (Suite ...)

La Rubrique – Les Valeurs Ancestrales :

VI – Sidna Mohammed,

Sceau des Prophètes

Sur la Différence des

Systèmes Chronologiques

Par : Mohammad Ibn Jarir Tabari

 

Selon Jaber Ibn Abdallah, le

Prophète Sidna Mohammed, que la

bénédiction et le salut de

Dieu soient sur Lui, étant en voyage, vit un

rassemblement autour d'un

homme qu'on abritait du soleil

Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-il.
- C'est un homme qui jeûne, lui répondit-on.
- Ce n'est pas un acte de

dévotion que de jeûner en voyage ».

Traduction : Association Al Imam AL BOUKHARI

Al Madina Al Mounaouara

Suite :

 

J'ai lu dans toutes les traditions qu'Abou-Bakr, après sa conversion, tint sa foi secrète; mais chaque fois qu'il se trouvait dans la mosquée à causer avec quelqu'un, il lui en parlait et l'engageait à l'islamisme ; il conduisait auprès du Prophète ceux qui acceptaient ; et ils prononçaient la profession de foi. Le premier qui fut converti par Abou-Bakr fut Othmân, fils d'Affân ; il convertit ensuite Abderrahman, fils d'Aouf, puis Zobaïr, fils d'Awwâm, puis Talhâ, fils d'Obaïdallah, puis Saad, fils d'Abou-Waqqâs. Ils furent ainsi trente-neuf adhérents, qui tenaient leur foi secrète. Ils n'osaient pas se rendre à la mosquée de La Mecque pour prier, ni eux ni le Prophète : ils priaient, soit à la maison, soit sur le mont Hirâ.

Le premier qui en eut connaissance fut Abou-Tâlib, qui demanda à Mohammed quelle était la religion qu'il avait établie. Le Prophète le lui dit et voulut le convertir. Abou-Tâlib lui répondit : Je ne veux pas abandonner ma religion, qui est celle de mes pères ; si Dieu t'a ordonné cette œuvre, accomplis-la, je te protègerai, et personne ne pourra te molester. Un jour, Abou-Tâlib vit Ali faire la prière. Il lui dit : Mon fils, qu'est-ce que ce culte ? Ali, craignant la colère de son père, répondit : c'est Mohammed, le Prophète de Dieu, qui m'a converti à cette religion. Abou-Tâlib dit : Si Mohammed te l'a dit ainsi, observe-le ; car Mohammed n'a jamais dit et ne dit pas le mensonge.

On disait, dans les réunions de la mosquée, que Mohammed avait fondé une nouvelle religion, qu'il prétendait être le Prophète de Dieu et avoir reçu de Dieu un message, que quelques personnes avaient cru en lui et pratiquaient la prière en secret. Abou-Djahl, fils de Hischâm, parla ainsi : Si j'apprends que quelqu'un ait cru en lui, j'écraserai sa tête comme celle d'un serpent ; et si je vois Mohammed venir à la mosquée et adorer un autre objet que Hobal, je lui lancerai à la tête une pierre et ferai jaillir son cerveau ; et Abou-Tâlib perdra le commandement, quand j'aurai frappé son neveu.

Abou-Tâlib était le chef des descendants de Hâschim : le chef des Benî-Makhzoum était Abou-Djahl, fils de Hischâm qui portait le surnom d'Abou-‘l-‘Hikam.
C'est le Prophète qui l'avait appelé Abou-Djahl. Le chef des Beni-Adî était Omar, fils d'Al-Khattâb, dont le pouvoir était égal à celui d'Abou-Djahl. Après Abou-Tâlib, le commandement des Beni-Hâschim passa à Abbâs, son frère, qui était ami du Prophète, mais qui ne pouvait pas le protéger contre les incrédules. Le plus hostile de ceux-ci, parmi les Hâschimites et les oncles de Mohammed, était Abou-Lahab, fils d'Abdou'l-Motalib ; les plus hostiles des Beni-Makhzoum étaient Abou-Djahl et Walîd, fils de Moghaïra et, parmi les Benî-‘Adî, ‘Omar, fils d'Al-Khattâb. Le Prophète avait le désir de faire la prière dans la mosquée, mais il ne l'osait pas, craignant Abou-Djahl et Omar, les deux personnages les plus puissants de La Mecque et ses plus grands adversaires. Lorsque ses sectateurs furent au nombre de trente-neuf personnes, le Prophète adressa à Dieu la prière suivante : Dieu, tu sais que ta religion n'a pas de plus grands ennemis parmi les hommes que ces deux personnages : Abou-Djahl et ‘Omar, fils d'Al Khatâb.

Dirige celui des deux que tu préfères dans la bonne voie, et favorise le de l'islamisme, afin que cette religion soit répandue par lui. Mohammed Ben-Djarîr n'a pas raconté dans son livre la conversion d'Omar, fils d'Al-Khattâb, quoique ce soit un récit agréable. Je vais le rapporter tel que je l'ai lu dans d'autres livres, comme je viens de rapporter la conversion d'Abou-Bakr Eç-çiddiq. ‘Omar avait une sœur mariée à Tal'hâ, fils d'Obaïdallah. Un jour, Omar, venant chez sa sœur, entendit qu'elle récitait le Coran. Il entra dans la maison et lui dit : Qu'est-ce-que tu viens de réciter ? Est-ce que tu as embrassé la religion de ce fou ? Sa sœur lui répondit : il n'est pas fou ; il est le Prophète de Dieu. Omar dit : laisse-moi voir l'écrit que tu viens de lire. Sa sœur répliqua : tu le souillerais ; tu ne dois pas le toucher. Omar dit : Que dois-je faire pour me purifier ? – Il faut te laver la tête et corps.

Omar ayant fait ainsi à l'instant même, sa sœur lui remit l'écrit, et Omar y lut les versets suivants: “ Au nom du Dieu Clément et Miséricordieux. Ta Ha. Nous ne t'avons pas envoyé le Coran pour que tu sois malheureux, mais pour servir d'avertissement à celui qui craint Dieu. Il est envoyé par celui qui a créé la terre et les cieux élevés ”, etc. (Sur. XX ; vers. 1 et suiv.) Omar dit : S'il en est ainsi, l'idolâtrie que nous pratiquons est absurde, et nos dieux ne sont rien. Il dit ensuite à sa sœur : Où est Mohammed ? Elle répliqua : Si tu ne veux rien lui dire (de désagréable), je te conduirai auprès de lui. Omar le promit, et sa sœur le conduisit chez le Prophète, dans la maison de Khadija. Lorsque Omar entra dans l'appartement, le Prophète lui : Pourquoi viens-tu ? – Je viens, dit ‘Omar, embrasser ta religion. Le Prophète lui dit : Grâces soient rendues à Dieu de ce qu'il a exaucé ma prière en ce qui te concerne, et non en ce qui concerne ton ami Abou-Djahl. Omar prononça la formule de foi et dit ensuite au Prophète : Que faut-il faire maintenant ? – Il faut accomplir la prière, dit Mohammed. Qu'est-ce que la prière ?
– C'est l'action de prier Dieu. Où faut-il prier ? Pour le moment dit Mohammed, il faut le faire en secret, jusqu'à ce que nous puissions le faire publiquement.
Omar dit : Nous avons adoré Lât et Hobal en public, et nous devrions adorer Dieu en secret ! Viens, sortons.

Le Prophète et tous ses compagnons se rendirent à la mosquée, firent les tournées autour du temple et prièrent en public. Les principaux personnages qoraïschites qui s'y trouvaient n'osèrent rien dire, parce que Omar était avec le Prophète. A partir de ce moment, Mohammed y accomplissait sa prière, et venait librement au temple, lui et ses compagnons. Trois ans après, Dieu lui envoya ce verset : “ O apôtre, fais connaître ce qui t'a été envoyé de la part de ton Seigneur ”, etc. (Sur. V, vers. 71) Alors le Prophète adressa publiquement sa prédication à tous.

Prédication publique de l'islamisme Après avoir reçu ce verset, le Prophète se rendit au temple de la Kaâba et le récita devant les hommes. C'est dans la mosquée qu'il leur adressa le premier appel. Ensuite il alla au mont çafâ, éleva la voix, et tous les habitants de La Mecque s'y réunirent. Mohammed leur parla ainsi : Quelle conduite ai-je tenue parmi vous ? Ils répondirent: Tu es un homme véridique et sûr ; nous n'avons jamais entendu de toi un mensonge. Mohammed reprit : Maintenant je dis : Je suis l'apôtre de Dieu, envoyé vers vous.

Adorez Dieu et abandonnez les idoles, sinon le châtiment descendra sur vous du ciel et vous serez exterminés. Abou-Lahab, son oncle, qui se trouvait dans l'assistance, se leva et dit : Toi, Mohammed, tu veux nous appeler à une religion. Sois maudit, toi et ta religion. Il engagea le peuple à se retirer, en disant : Allez, ce Mohammed est fou. Alors Dieu envoya à son intention les versets suivants : “Que les deux mains d'Abou-Lahab périssent”, etc. (Sur. CXI, vers I et suiv). Abou-Lahab, par hostilité envers le Prophète, avait l'habitude de mettre des épines sur son chemin et sur celui de ses amis, de sorte qu'ils se blessaient les pieds. Sa femme faisait de même. Ensuite Dieu envoya à Mohammed le verset suivant : “ Adresse l'appel à tes proches parents ”. (Sur. XXVI, vers. 214).

Source : Le Matin

A Suivre . . .

 



10/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1650 autres membres