Almadina Concept

Almadina Concept

09.06.2009 - Changement Climatique : Le Maroc serait affecté

La Rubrique – Le Développement Durable :

 

Changement Climatique :

 

Le Maroc serait affecté

 

L'ONU appelle à l'implication des gouvernements et des individus

 

« Le Maroc connaîtra une augmentation de la température de 2° à l'horizon 2080, chose qui entraînera une chute de production céréalière de 50%. Aussi 45% de la superficie forestière actuelle du pays serait dégradée en 2050 alors que 22% de la flore du Maroc risquerait de disparaître.»

Mais il faut dire que ce rendez-vous annuel revêt cette fois-ci une importance particulière puisqu'il intervient à moins de 6 mois de la Conférence de Copenhague sur les changements climatiques», a souligné Abdeladime HAFI, Haut commissaire des eaux et forêts lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement vendredi dernier à Rabat.


Intervenant à l'ouverture de cette rencontre, le Haut Commissaire a appelé les autres pays à intégrer la réalité des changements climatiques dans les projets de développement économique et social en se focalisant sur deux points essentiels, à savoir la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la prise en compte de tous les phénomènes d'adaptation. Le responsable a indiqué que le Maroc s'est déjà inscrit dans ce processus à travers la ratification de trois conventions essentielles, lors du sommet de Rio De Janeiro de 1992, relatives aux changements climatiques, à la biodiversité et à la lutte contre la désertification.
«Le Maroc a acquis un savoir-faire important dans le domaine des études et des actions sur le terrain. Mais il reste beaucoup d'efforts à déployer en matière d'adaptation à ces changements climatiques car l'écosystème est un ensemble complexe qui réunit plusieurs disciplines», a affirmé HAFI.

Pour sa part, Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies a indiqué dans un message lu par Mourad WAHBA, représentant résident du PNUD au Maroc, que les changements climatiques constituent une grave menace pour la terre. En effet, tous les pays seront touchés par ce phénomène et ce ne sont que les pauvres qui souffriront les premiers, d'où l'importance d'engager des discussions cruciales sur la question des changements climatiques. Ban Ki-moon a appelé donc les pays du monde à adopter une «nouvelle donne écologique» axée sur l'investissement dans des sources d'énergie renouvelables, des infrastructures respectueuses de l'environnement, des technologies économes en énergie permettant de lutter contre le réchauffement climatique. Ainsi, l'investissement dans l'économie verte pourra transformer, selon lui, la crise financière et économique en moteur de croissance durable pour demain. Le Secrétaire Général n'a pas manqué toutefois de souligner le rôle que doit jouer chaque individu pour faire face à la menace des évolutions planétaires.

«Quand des milliards de personnes unissent leurs efforts en vue d'un but commun, elles peuvent changer le cours des choses», a-t-il fait remarquer. En effet, il faut dire que le Maroc n'est pas épargné des changements climatiques. Selon une étude réalisée par le Haut Commissariat des Eaux et Forêts, le pays connaîtra une augmentation de la température de 2° à l'horizon 2080, chose qui entraînera une chute de production céréalière de 50%. Le littoral sera fortement fragilisé et les systèmes lagunaires plus vulnérables. En outre, on apprend que 45% de la superficie forestière actuelle serait dégradée en 2050 alors que 22% de la flore du Maroc risquerait de disparaître. Les changements climatiques causeront aussi le déplacement de toutes les ceintures de végétation vers les sommets, la perte des zones climatiques les plus froides et la probable extinction de quatre espèces de mammifères.

***********************************************

Le Mexique à l'honneur

Le PNUD a désigné cette année le Mexique pour organiser la Journée Mondiale de l'Environnement. Selon l'Ambassadeur du Mexique au Maroc, cette initiative reflète la reconnaissance des efforts fournis par ce pays en matière de préservation de l'Environnement. En effet, le Mexique est en train d'achever un programme national pour lutter contre le changement climatique. Ce programme représente un instrument pour accéder aux technologies d'atténuation en commençant par un schéma de limitation des émissions et d'échange des coupons de charbon concentrés dans le secteur énergétique. Cela permettra la réduction absolue de 50% des émissions enregistrées au début de ce siècle.

Source : Le Matin



09/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres