Almadina Concept

Almadina Concept

21.06.2008 : La Rubrique - La Conjoncture : L'Afrique et l'Amérique du Sud accordent leurs violons

La Rubrique – La Conjoncture :

 

Le Cycle de Doha de l'OMC

 

Le Plan d'Action de Marrakech

L'Afrique et l'Amérique du Sud

Accordent leurs violons

 

 

Marrakech a abrité dernièrement une

conférence des Ministres du Commerce des

pays d'Afrique et d'Amérique du Sud.

Une cinquantaine de pays

Africains et 12 Sud-Américains

prennent part à cette

rencontre initiée par les Ministères du

 Commerce Extérieur et des Affaires Etrangères.

 

 

Cette conférence se veut la première mise en application des mécanismes de suivi prévus, au niveau ministériel, par le Plan d'Action d'Abuja (Nigeria en novembre 2006). Parmi les objectifs de cette conférence figurent l'harmonisation des positions sur les questions du commerce international dans la perspective de la conclusion des négociations du cycle de Doha (Qatar) et la promotion du commerce entre l'Afrique et l'Amérique du Sud.

Au total, il s'agit d'harmoniser les positions sur les questions de commerce international, de promouvoir et de coordonner les positions sur les questions commerciales bilatérales et multilatérales. Autre objectif et non des moindres, soutenir et promouvoir les mécanismes destinés à accroître le commerce interrégional entre l'Afrique et l'Amérique du Sud, y compris les accords des échanges préférentiels entre les pays des deux régions. Rencontre au sommet, cette conférence constituera le point de départ du partenariat commercial entre les pays d'Afrique et d'Amérique du Sud. Elle permettra également de renforcer le flux d'informations échangées entre les deux régions dans le domaine commercial.


Le Maroc a érigé la coopération Sud-Sud, en tant qu'axe principal de sa politique extérieure et s'emploie, par divers outils, à renforcer sa coopération au niveau régional et interrégional. Le premier Sommet Afrique-Amérique du Sud de 2006 a été l'occasion pour le Royaume d'appeler au renforcement des échanges commerciaux entre les deux continents et à l'harmonisation de leurs positions de négociations dans le cadre du cycle des négociations commerciales multilatérales en cours à l'OMC.

Rabat compte consolider cette propension en œuvrant pour le renforcement de la coopération Sud-Sud et la promotion de toute stratégie visant à
développer la coopération économique et technique. Face au processus irréversible de globalisation, la coopération Sud-Sud continue de constituer un élément complémentaire important de la coopération internationale pour le développement, dans la mesure où elle offre de sérieuses possibilités de croissance économique et de développement durable, permettant aux pays du sud de participer, de façon effective, à l'ordre économique global.

 

Une démarche qui s'inscrit de plain-pied dans la Déclaration d'Abuja et qui stipulait que pour ce qui des négociations en cours au sein de l'OMC, les deux régions doivent renforcer leur coopération dans ce domaine plus particulièrement. Une attention particulière doit être accordée à la nécessité de coordonner les positions de nos deux régions afin de promouvoir les intérêts des pays en développement en accordant une attention spéciale aux défis particuliers auxquels sont confrontés les pays les moins avancés. D'où cet appel à la reprise du cycle des négociations de Doha, dans les meilleurs délais.

Car, ce qu'il importe de préciser, c'est depuis quelques temps, la donne a été marquée par une accélération de la mondialisation qui a atteint une ampleur sans précédent. Cette expansion du commerce est allée de pair avec l'ascension d'un Sud dynamique et une croissance rapide des échanges entre les pays en développement. On assiste à une profonde évolution des modèles d'échanges d'investissement Sud-Sud dans de nombreux secteurs et domaines tels les minéraux, les métaux, les combustibles, la production manufacturière, les services ou encore la logistique et la facilitation du commerce. Depuis quelques années, les interactions économiques et commerciales entre les pays du Sud obéissent aux forces du marché, les entreprises du Sud et du Nord reliant entre elles les marchés du Sud au sein de réseaux intra et interindustriels.

La multiplication des échanges entre des entreprises du Sud et d'autres pays en développement et économies en transition conduira à une meilleure compréhension mutuelle des impératifs et des conditions du développement, laquelle stimulera la volonté de créer des partenariats public-privé en vue d'une intégration économique et d'une coopération institutionnelle plus poussées. Tout un chacun nourrit désormais l'espoir que la croissance impressionnante qu'affichent les pays du Sud relancera la croissance de l'économie mondiale à un rythme soutenu et contribuera à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement et à réduire la pauvreté. Il y a là un bien public international et la promesse d'un scénario gagnant-gagnant, non seulement pour le Sud,
mais aussi pour les pays développés et les économies en transition, l'accroissement rapide de la demande émanant des pays du Sud favorisant la création de débouchés commerciaux pour tous.

Source : LE MATIN     



21/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1653 autres membres